Err

Un soutien professionnel pour tous
Blog

Quels emballages privilégier pour la vente à emporter ?


Dans le domaine de la vente à emporter, la réception et le déballage de la commande font partie intégrante de l’expérience client. En effet, l’emballage des denrées alimentaires joue un rôle à la fois pratique et communicationnel : il doit protéger les produits (du transport, des chocs, des salissures et éventuellement des changements de température) tout en véhiculant avec force l’image de l’entreprise auprès du consommateur.
Mais quels emballages conviennent le mieux à la vente à emporter ? Comment les choisir et quels critères faut-il privilégier ? Enfin, existe-t-il des alternatives écoresponsables aux emballages en plastique à usage unique ?

Un emballage pratique et fonctionnel


Faciliter les manipulations du produit
L’emballage alimentaire idéal est facile à utiliser et à manipuler durant la phase de préparation du produit. Par exemple, les boîtes doivent posséder des couvercles dont la forme permet de les empiler et de les emboîter facilement. Quant aux sacs de livraison, l’entreprise doit en choisir qui soient suffisamment grands pour contenir ces boîtes à plat. Ainsi, l’intégrité du produit est préservée et le livreur est plus efficace lors de sa prestation.
 
Préserver l’expérience client grâce au choix d’un contenant
Pour la vente à emporter, le premier critère de sélection d’un emballage doit être sa capacité à préserver les propriétés organoleptiques d’un produit. Cela signifie que l’expérience client prévue par l’entreprise ne doit aucunement être affectée par le conditionnement ou le transport des denrées. Par exemple, pour la vente à emporter et la livraison d’un plat, les qualités à préserver en priorité sont :
- Son goût ;
- Son odeur ;
- Sa texture ;
- Son aspect (dressage, couleurs des produits, répartition des ingrédients dans le contenant).
Pour les plats chauds, la température ne fait pas nécessairement partie des propriétés organoleptiques les plus importantes à préserver lors d’une vente à emporter. En revanche, si le vendeur ne prévoit pas que la température du plat soit maintenue, elle doit choisir un emballage adapté au micro-ondes et prévenir le client qu'il devra réchauffer son produit avant de le consommer.
Cabas Kraft Brun

CABAS KRAFT BRUN 26+12X35 POIGNEES FICELLES (50)

Barquette Carton Kraft

BARQUETTE CARTON KRAFT 500GRS (100)

Barquette Fraîcheur

BARQUETTE FRAICHEUR 750GRS POUR FROID (50)

Barquette Olipack pour Froid

BARQUETTE OLIPACK 500GRS POUR FROID (80)

L’emballage alimentaire à emporter : une vitrine pour l’entreprise


Susciter l’achat grâce à un bel emballage
Un bel emballage attire l’œil et peut déclencher immédiatement une vente, en particulier si le plat est bien dressé et appétissant. Pour tous les produits alimentaires, il est préférable d’utiliser des emballages transparents (au moins au niveau du couvercle) afin que le client puisse avoir un aperçu du produit proposé. En outre, l’entreprise gagne à opter pour des emballages qui reflètent son ADN en termes de coloris, de matériaux et de formes.
 
Optimiser la dégustation
L’emballage parfait est la garantie, pour le client, d’une dégustation sans contraintes et d’un confort d’utilisation absolu. Pour cela, le contenant d’un produit (en particulier s’il s’agit d’un plat en sauce ou d’une soupe) doit être rigide et facile à attraper. Il est également essentiel que l’emballage reste propre à l’extérieur durant la dégustation afin de ne pas salir les doigts du client. Pour les produits plutôt gras, les pellicules ingraissables qui recouvrent certains contenants en carton sont idéales.
 
Des solutions d’emballage plus vertes
Le plastique, un matériau de plus en plus obsolète
Dans le cadre de l’application de la loi de 2020 contre le gaspillage et pour une économie circulaire, il est interdit depuis le 1er janvier 2021 de vendre et de distribuer (même gratuitement) certains objets en plastique à usage unique tels que :
- Les couverts jetables ;
- Les couvercles de gobelets ;
- Les pailles ;
- Les piques à steaks ;
- Les touillettes et les bâtonnets mélangeurs pour les boissons à emporter.
 
Cette interdiction s’applique également aux contenants en polystyrène expansé, comme par exemple les boîtes pour les kebabs.
Il s’agit d’une réforme environnementale très ambitieuse, puisqu’elle préconise officiellement la disparition progressive de la totalité des emballages en plastique à usage unique (même les bouteilles d’eau ou les sachets pour la salade) d’ici 2040. Bien que cette date semble lointaine, la loi impose aux professionnels d’entamer dès maintenant une démarche écoresponsable à la fois pérenne et profonde, afin de ne pas être pris de cours à l’approche de la décennie 2040.

Existe-t-il des emballages en plastique peu polluants ?


Pour se conformer à la loi, réduire leur empreinte carbone et préserver l’environnement, les professionnels peuvent s'orienter vers des emballages en plastique plus écoresponsables, c’est-à-dire :
- Fabriqués à partir de matériaux recyclés ;
- Réutilisables plusieurs fois par le client (sans s’altérer) ;
- Recyclables.
 
Quelles alternatives au plastique pour la vente à emporter ?
Plusieurs familles de matériaux permettent d’éviter le plastique dans les emballages, avec comme principal avantage le fait d’être biosourcés, biodégradables ou compostables. Parmi eux, citons notamment :
- Le carton (pour les assiettes, les gobelets, les pailles, les boîtes ou encore les barquettes) ;
- Le bois fin (pour les barquettes) ;
- Le papier Kraft (pour les sacs, les sachets et les pochettes) ;
- Le bambou (pour les assiettes, les couverts, les pailles et les gobelets).
 
Dispositifs de vente en vrac : une solution originale
Parallèlement à l’achat d’emballages plus verts, les professionnels (comme les restaurateurs, les fromagers, les bouchers, les charcutiers, les primeurs, les traiteurs ou encore les pâtissiers) peuvent proposer à leurs clients d’apporter leurs contenants (bocaux, boîtes en plastique réutilisables, plats en Pyrex). Cette solution possède de nombreux avantages :
- Elle est écologique ;
- Elle représente pour l’entreprise d’importantes économies (notamment sur l’achat de contenants et leurs couvercles) ;
- Elle donne une image à la fois écoresponsable, novatrice et conviviale d'une marque.
Lorsque la vente en vrac est pratiquée dans un point de vente, elle doit faire l’objet d’un affichage à destination du client. Le gérant doit préciser les règles de fonctionnement du dispositif, par exemple, la nécessité pour le client d’apporter un contenant propre, solide et doté d’un couvercle adapté.
Rédigé le  11 fév. 2022 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Comment choisir votre emballage alimentaire selon votre type d'activité


À chaque type d’activité son emballage alimentaire


Depuis le 1er janvier 2021, la loi impose aux professionnels d’abandonner le plastique à usage unique pour les emballages de leurs produits. Cette interdiction s’applique même aux matériaux plastiques issus des filières d’économie circulaire, par exemple le plastique recyclé. L’objectif de cette réforme est simple : elle vise à habituer progressivement les entreprises et leurs clients à se détourner d'un matériau non-biodégradable, polluant pour de nombreux écosystèmes (comme les sols et les océans) et dérivé du pétrole. À terme, il s'agit de cesser d’utiliser le plastique d’ici une vingtaine d’années, c’est-à-dire en 2040. Si ce projet aboutit, l’économie française verra son empreinte carbone et sa dépendance au pétrole diminuer conjointement. L’enjeu de la disparition du plastique est donc à la fois écologique, sociétal et géopolitique, puisque la France ne produit pas suffisamment d’hydrocarbures pour assurer la production de millions de tonnes de plastique chaque année.
 
Loin de ne voir dans les réformes environnementales que des listes de règles contraignantes, certaines entreprises y voient une occasion de faire évoluer leurs habitudes de travail et d'améliorer leur image de marque. En effet, grâce à l’interdiction du plastique à usage unique, les vendeurs de denrées alimentaires sont encouragés à innover et à opter pour des emballages plus écoresponsables. Beaucoup sont désireux d'initier ainsi le consommateur à une expérience client plus verte, durable et respectueuse de l'environnement.
 
Mais quels emballages choisir pour le conditionnement des produits alimentaires ? Et quels sont les critères à privilégier lors de ce choix ? Voici un aperçu de quelques solutions d’emballage écoresponsables, à découvrir dès maintenant et à choisir en fonction de votre activité.
Barquette Alimentaire Carton Fond Vert

BARQUETTE ALIMENTAIRE CARTON FOND VERT 500GRS (100)

Barquette Carton Kraft

BARQUETTE CARTON KRAFT 250GRS (100)

Sac Fruits SK5 Kraft

SAC FRUIT SK5 KRAFT ALIOS 40GR 20+9X35 (1000)

Sac Papier Alimentaire Kraft

SAC PAPIER ALIMENTAIRE KRAFT ALIOS® NEUTRE POUR 2KG FRUIT

Emballages et couverts biosourcés : une autre approche de la vente à emporter


La nature au service de la révolution verte
Avec les objets en matériaux biosourcés, l’innovation technologique accompagne les entreprises dans leur démarche écoresponsable. La transformation de matières premières 100 % végétales permet de créer des objets à la fois robustes, écologiques et très esthétiques tels que des couverts, des assiettes, des gobelets, des boîtes ou encore des couvercles. Parmi ces matériaux issus de la nature, citons notamment:
- Le palmier, dont l’aspect visuel confère aux plats une touche d’exotisme et de dépaysement ;
- Le bambou, traditionnellement utilisé en Asie du sud-est (notamment pour fabriquer les baguettes et les paniers de cuisson à la vapeur), et qui est de plus en plus apprécié en Europe ;
- La bagasse de canne à sucre, un matériau à la fois robuste, harmonieux et agréable au toucher.
 
Des écarts de prix justifiés
Certains produits fabriqués avec des matériaux biosourcés sont plus coûteux, à l’achat, que leurs équivalents en plastique à usage unique. Trois facteurs permettent d’expliquer ces écarts de prix :
- L’extraction et la récolte de ces matériaux sont longues et coûteuses. Au sein des filières écoresponsables, ils font l’objet de nombreux contrôles administratifs et d’importants investissements financiers ;
- Il en va de même pour la transformation de ces matériaux biosourcés. Celle-ci nécessite du temps, des investissements financiers importants ainsi que des compétences spécifiques ;
- Enfin, il s’agit encore d’objets minoritaires (par rapport à leurs équivalents en plastique), c'est-à-dire dont le prix de vente baissera à mesure que la demande grossira et que le nombre de fabricants augmentera.
 
Des contenants et emballages de qualité premium
Malgré ces écarts de prix, l’achat de vaisselle et d’emballage biosourcés reste un investissement viable pour une société. Il s’agit en effet d’objets de qualité premium, à l’aspect soigné et souvent réutilisables. Ils véhiculent donc une image positive de l’entreprise et procurent au client un grand confort d’utilisation lors de la dégustation.
 
En somme, la comparaison entre les objets en plastique et ceux en bambou, en bagasse ou en palmier s’avère peu pertinente, dans la mesure où les emballages et les contenants biosourcés sont des produits à forte valeur ajoutée, qui améliorent toujours l’expérience client.

À chacun son matériau d’emballage écoresponsable


Le papier Kraft, un classique indémodable
Les sacs et cabas en papier Kraft sont parfaitement adaptés à la vente et au transport de denrées alimentaires. En effet, ce matériau présente d’innombrables avantages pour le vendeur, pour le livreur et pour le client. Parmi ces atouts, citons notamment :
- La robustesse de ce matériau ;
- La diversité des formats disponibles ;
- Son charme intemporel, sobre mais familier (il est reconnaissable et identifiable instantanément par le client) ;
- Sa texture douce ;
- Son très petit volume (une fois replié, il est facilement stocké et prend peu de place).
En outre, le papier Kraft (et notamment les cabas fabriqués avec ce matériau) se déclinent en une kyrielle de coloris. Chaque entreprise peut aisément trouver un modèle de sac en papier Kraft qui reflète ses valeurs, son identité et la qualité de ses produits.
 
Le textile : fiable, esthétique et traditionnel
Les contenants en fibre textile (par exemple en coton biologique) conviennent à la vente en vrac de nombreux types de produits alimentaires légers et peu volumineux (comme les produits d'épicerie sèche, le thé, le café ou les épices en petits bocaux). En version cabas ou tote-bag, ils peuvent également être distribués en cadeau (par exemple, en guise de bonus de fidélité) ou être gagnés durant des jeux-concours. L’entreprise peut les personnaliser avec les couleurs de sa marque, son logo ou son slogan. Ce type de produit, qui est à la fois un contenant et un support de communication, possède un atout important : il est lavable en machine.
 
Le polypropylène : un matériau devenu incontournable
Dans les grandes surfaces françaises, les cabas tissés en polypropylène ont remplacé les sacs plastiques jetables gratuits, ces derniers étant interdits depuis 2015. Le polypropylène est un matériau très résistant, réutilisable à vie et qui convient donc parfaitement à la vente et au transport de produits lourds et fragiles (comme les fruits, les légumes ou les œufs). En outre, ce type de cabas ou de sacs est facilement personnalisable (avec le logo et les couleurs de l’entreprise), ce qui permet à l’entreprise de faire du client un ambassadeur de la marque.
Rédigé le  14 jan. 2022 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Comment réduire l'impact écologique de ses emballages alimentaires pour les fêtes de fin d’année ?


Les fêtes de fin d'année : un moment crucial pour réduire son impact environnemental

Depuis plusieurs années, des réformes successives ont amorcé la disparition progressive des objets en plastique à usage unique (c'est-à-dire non recyclables ou réutilisables), même lorsque ces objets sont eux-mêmes issus du recyclage. Cette tendance sociétale et législative a un objectif précis : il s'agit d'inciter les sociétés à réduire leur empreinte carbone afin de freiner les effets délétères (pour la planète et pour le vivant) du réchauffement climatique. Les nouvelles lois environnementales impactent fortement le domaine de la restauration, et celui de la production alimentaire en général. Toutefois, certaines entreprises ne sont pas en mesure d’opérer un changement soudain et radical en matière de conditionnement, de stockage, de transport et de distribution de leurs produits. Ceci peut être lié à la nature de leur activité, à des contraintes budgétaires, à un manque de temps ou encore à une méconnaissance des solutions écoresponsables qui existent pour l'emballage écologique des produits.
 
Pour y voir plus clair et pour adopter de nouvelles habitudes plus vertueuses, il convient d’examiner les textes de loi et de s’intéresser aux interdictions en matière de réduction de la pollution plastique et de lutte contre les objets à usage unique. Après un rapide aperçu des contraintes légales (présentes et à venir) imposées aux professionnels pour le conditionnement de leurs produits alimentaires, nous détaillerons quelques unes des solutions permettant d’éviter le plastique à usage unique.
Barquette Fruits Bois

BARQUETTE FRUITS BOIS 250GRS (400)

Cabas Kraft Brun

CABAS KRAFT BRUN 26+12X35 POIGNEES FICELLES (50)

Feuille Journal Blanc Emballage Alimentaire

FEUILLE JOURNAL BLANC 50X65CM (10KG)

Sac Papier Alimentaire Kraft

SAC PAPIER ALIMENTAIRE KRAFT ALIOS® MOTIF AB POUR 1,5KG FRUIT

Que dit la loi ?

Depuis 2005 : Le développement durable figure dans la Constitution de la République française
La lutte contre le gaspillage de ressources et d’énergie a fait l’objet d'importantes avancées législatives depuis les années 2000. Mais le premier texte de loi décisif en la matière est la loi du 1er mars 2005 relative à la Charte de l’environnement. Il s’agit d’une loi constitutionnelle, qui impose aux politiques publiques :
- De « promouvoir un développement durable » (article 6) auprès des acteurs institutionnels, des sociétés et des citoyens ;
- D’encourager matériellement (c'est-à-dire grâce à l'allocation de ressources financières) la recherche et l’innovation à préserver et à mettre en valeur l’environnement (article 9).
Entre 2015 et 2017 : Les députés interdisent les distributions de sacs plastiques gratuits
La mise en œuvre de la Charte de l’environnement de 2004 se traduit par des lois concrètes, comme par exemple celle du 17 août 2015 relative à la transition énergétique ainsi qu’à la croissance verte. Suite à l’adoption de ce texte, un décret a officialisé en 2017 l’interdiction des sacs en plastique fins distribués gratuitement, jusqu'alors, par les commerçants ou encore les restaurateurs.
En 2020 : La loi annonce la disparition du plastique
Le 10 février 2020, la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire a été publiée au Journal officiel après son adoption par les députés, puis les sénateurs. Ce texte est aussi décisif qu’ambitieux. Il prévoit en effet la disparation échelonnée du plastique à usage unique d’ici la décennie 2040 ! Voici certaines des principales étapes de ce plan en ce qui concerne les emballages :
- 1er janvier 2020 : Interdiction de la vente en lots de vaisselle jetable (assiettes, gobelets, couvercles de gobelets, couverts, touillettes, piques à steak) par les grandes surfaces ;
- 1er janvier 2021 : Interdiction des confettis en plastique (pour les colis) et de la vente de petits objets en plastique à usage unique (par exemple les gobelets pour boissons à emporter, les couverts, les pailles, les piques à steak) et en polystyrène expansé (comme les boîtes à kebab) pour les particuliers et les professionnels ;
- Courant 2021 : Instauration pour les entreprises d’un bonus-malus relatif au suremballage plastique ;
- 1er janvier 2022 : Interdiction de recourir au suremballage plastique pour les sachets de fruits et légumes (lorsqu'ils contiennent moins de 1,5 kilogramme de denrées) ;
- 1er janvier 2023 : Impossibilité pour les restaurants (même les fast-foods) de proposer de la vaisselle jetable aux clients qui choisissent de consommer leur repas sur place ;
- 1er janvier 2040 : Disparition de tous les contenants et packagings en plastique à usage unique (sachets de fruits et légumes, boîtes hermétiques, pots de yaourts, bidons, bouteilles, tubes) aussi bien dans les entreprises que chez les particuliers.
 
Certaines de ces interdictions ont été assouplies (ou passagèrement abandonnées) durant les années 2020 et 2021 en raison du contexte sanitaire. Par exemple, pour les objets en plastique à usage unique (comme les touillettes et les couvercles), l’interdiction est progressive : les professionnels peuvent distribuer ces produits à leurs clients en toute légalité jusqu’au 1er juillet 2021, à condition que les commandes aient été passées avant le 1er janvier 2021.

5 gestes concrets pour des emballages plus écologiques


En écho à la stratégie nationale 3R (basée sur la réduction, le réemploi et le recyclage des emballages) et aux décrets 3R quinquennaux qui l’accompagnent, il est possible pour les entreprises de devenir plus écoresponsables grâce à 5 gestes simples pour la planète.
 
Réutiliser les objets
Les emballages prévus pour servir plusieurs fois sont de parfaits exemples d’objets à la fois pratiques pour le client et meilleurs pour l’environnement. Lorsqu'ils sont consignés, ces contenants permettent aux entreprises de réduire leurs coûts de conditionnement.
 
Réduire les emballages
Réduire le volume et le poids des colis permet d’éviter aux professionnels le suremballage et de diminuer la quantité de plastique utilisé.
 
Remplacer les matériaux
Bien souvent, la pertinence d’une démarche écoresponsable repose sur la capacité de chacun à questionner ses pratiques afin de les faire évoluer. Le remplacement des emballages polluants par des contenants plus vertueux pour l’environnement (c’est-à-dire recyclés, recyclables, réutilisables, biodégradables ou compostables) fait partie de ce type d’initiatives innovantes.
 
Recycler
Intégrer les emballages à un cycle d’économie circulaire permet à chacun de leur redonner une seconde vie et d’éviter le gaspillage. Partout dans le monde, d'importantes filières de recyclage des déchets se mettent en place à l'échelle locale et nationale. La plupart reposent sur des infrastructures publiques ou sur des accords publics-privés. Il est également possible pour une entreprise d'établir un partenariat avec une autre entreprise (ou une structure associative) qui récupère directement ses déchets afin de les recycler et de créer d'autres produits.
 
Composter
L’alternative au recyclage lorsque cela est possible est le compostage qui permet de décomposer l’emballage et d’en retirer des nutriments utiles notamment à la culture en terre.
Rédigé le  10 déc. 2021 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Comprendre les emballages biosourcés


Le point sur les emballages biosourcés


Face aux enjeux de la transition écologique, les acteurs des métiers de bouche et de l’industrie agroalimentaire adoptent de nouvelles habitudes écoresponsables. Le changement climatique ayant entraîné une prise de conscience chez les professionnels de ces secteurs, ceux-ci s'orientent vers des matériaux plus durables et des pratiques plus vertueuses. L’objectif de ces initiatives est double : il s’agit pour les professionnels de participer à la sauvegarde de l’environnement, mais également de sensibiliser l’ensemble de leurs collaborateurs et de leurs clients à la problématique du développement durable.
L’emballage est un élément clé au cœur de ce changement profond de paradigme. Il existe désormais de nombreuses alternatives aux emballages en plastique à usage unique, et certaines entreprises innovantes fournissent aux professionnels des emballages écologiques biosourcés.
 
Mais pourquoi le plastique est-il pointé du doigt par la législation en matière de lutte contre la pollution et le réchauffement climatique ? En quoi l’emballage biosourcé est-il une excellente alternative aux sacs, pochettes et autres gobelets en plastique ? Et quels sont les différents types d’emballages biosourcés ? Faisons le point sur ce type d'emballages.
SAC A NOUER BIO

SAC A NOUER BIO 23+12X50 250 SACS (1 RLX)

SAC BRETELLES BIO 26+12X45

SAC BRETELLES BIO 26+12X45 (100)

SAC LIASSE BIO TRANSPARENT

SAC LIASSE BIO TRANSPARENT 170X220 13µ (100)

SAC BRETELLES BIO 30+14x50

SAC BRETELLES BIO 30+14x50 (100)

L’invention de l’emballage plastique : une petite révolution industrielle


L’invention de l’emballage plastique : une petite révolution industrielle
 
Un matériau très pratique
Depuis la découverte du procédé de synthétisation du polyéthylène en 1953 puis l’invention du sac plastique au début des années 1960, l’utilisation des emballages en plastique est devenue la norme dans le monde entier.
Il faut dire que ce matériau a révolutionné l’industrie agroalimentaire et les métiers de bouche car il est à la fois solide, léger et extrêmement polyvalent. Toutes ces qualités ont fait du plastique, plusieurs décennies durant, le matériau idéal pour la conservation, le conditionnement et le transport des produits, notamment des denrées périssables.
 
Polluer moins pour préserver l’environnement
Au 21ème siècle, les pouvoirs publics, les industriels et les consommateurs prennent de plus en plus conscience du réchauffement climatique et de ses conséquences néfastes sur l’environnement.
Dans ce contexte de transition verte, le plastique apparaît désormais comme un matériau obsolète et polluant. Il cumule plusieurs défauts :
- S'agissant d'un dérivé du pétrole (qui est une énergie fossile), il requiert un processus de fabrication relativement polluant ;
- Il n’est en principe pas recyclable, en particulier lorsqu’il s’agit d’un emballage en plastique très fin, souple et transparent ;
- Il n’est pas biodégradable ni compostable. Au contraire, sa décomposition dans la nature nécessite environ 450 années.
 
L’emballage biosourcé : un contenant écologique
 
Le biosourcing comme alternative à l’extraction d’énergies fossiles
Un emballage biosourcé est un contenant (par exemple un sac, un film étirable, un gobelet, une boîte ou une pochette) fabriqué à partir de ressources renouvelables. Idéalement, il doit s’agir de matériaux :
- Dont l’extraction et la transformation utilisent peu d’énergies fossiles (comme le pétrole) ;
- Dont l’extraction et la transformation ne génèrent que très peu de gaz à effet de serre ;
- Qui sont facilement recyclables ou compostables.
 
Une kyrielle de matériaux pour les emballages biosourcés
Le biosourcing est un terme générique, qui désigne le fait d’utiliser des matières premières écoresponsables d’origine naturelle. Par conséquent, il existe une infinité de matériaux qui peuvent être utilisés pour fabriquer des emballages biosourcés.
À l’heure actuelle, la polymérisation (synthétique ou naturelle) de molécules d’origine organique est le procédé chimique grâce auquel la majorité des emballages biosourcés sont fabriqués.
 
On utilise notamment :
- La cellulose provenant du coton ou du bois ;
- L’amidon naturellement contenu dans les tubercules (comme le manioc ou la pomme de terre) et les céréales (comme le blé, le maïs ou le riz) ;
- Le sucre extrait des betteraves sucrières et de la canne à sucre.
Le tri et le recyclage des emballages biosourcés
 
Une offre variée
Il existe un grand nombre d’emballages biosourcés différents. Certains sont recyclables et compostables, tandis que d’autres sont destinés à être jetés avec les emballages plastiques classiques. Les consignes de tri varient selon le type de produit concerné, les matériaux utilisés et les structures de traitement des déchets accessibles à chaque entreprise.
 
Des consignes de tri spécifiques à chaque emballage biosourcé
Un emballage peut être intégralement biosourcé ou ne l’être qu’en partie afin que son prix soit réduit et que son procédé de fabrication soit simplifié. Il arrive par exemple qu’un cabas ou un sac liasse soient biosourcés au niveau de leurs parois, et qu'ils comportent des éléments en plastique au niveau des hanses ou de la fermeture. Dans ce cas, le fabricant du produit précise dans sa fiche technique le pourcentage de matériaux biosourcés dont il est composé.

Les avantages de l’emballage biosourcé pour l’entreprise


Utiliser des emballages plus verts
Le principal atout des emballages biosourcés est leur valeur écologique. L'utilisation de tels produits participe pleinement à faire vivre la politique de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE) et permet à celle-ci de réduire l’impact de son activité sur la planète.
 
Être un précurseur
Le choix de l’emballage biosourcé s’inscrit dans une démarche globale et innovante pour tous les acteurs d’un secteur d’activité : plus les industriels et les détaillants ont recours à ces contenants biosourcés, plus leurs fournisseurs sont en mesure de diversifier leur offre et de faire baisser les prix de vente de ce type de référence.
 
Jouir d’une image moderne et positive
Aux yeux des clients et des collaborateurs d’une entreprise, l’utilisation d’emballages biosourcés est un point fort. Un tel choix permet en effet à une société de montrer sa capacité d’adaptation, sa volonté d’innover et son souhait de participer activement à la transition écologique. Cet atout compense l’éventuel surcoût lié à l’achat d’emballages biosourcés, puisque de nombreux clients sont prêts à payer plus cher un produit conditionné de manière plus écoresponsable.
 
Profiter de contenants aptes au contact alimentaire
Pour les métiers de bouche et l’industrie agroalimentaire, les contenants biosourcés sont une excellente solution d’emballage. En effet, de par leurs procédés de fabrication et les matériaux qui les constituent, ils conviennent souvent au contact alimentaire.
Rédigé le  2 déc. 2021 10:37  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Comprendre les différents emballages écologiques


Le point sur les emballages alimentaires écologiques


Dans un contexte de transition énergétique mondialisée, les entreprises ont un rôle essentiel à jouer dans la transformation profonde des habitudes de consommation de leurs clients, de leurs collaborateurs et même de leurs fournisseurs. C’est pour cette raison que de plus en plus de fabricants, de commerçants et de restaurateurs misent sur les contenants écologiques pour l’emballage de leurs produits.
En matière d'emballages écoresponsables, une véritable révolution verte s’opère en profondeur grâce à des initiatives innovantes prises notamment par des fournisseurs de contenants (boîtes, sachets, barquettes), de couverts ou encore de gobelets écoresponsables. Ce type d'initiative séduit les consommateurs, qui accordent une importance croissante au positionnement des entreprises vis-à-vis des enjeux de la crise climatique.
Mais quels sont les différents types d’emballages écologiques disponibles sur le marché ? Et qu’est-ce qui distingue un emballage recyclé d’un contenant recyclable, biosourcé, biodégradable, réutilisable ou encore compostable ? Voici l’essentiel à connaître sur chacune des cinq grandes familles d’emballages écologiques, avec leurs caractéristiques, leurs atouts respectifs et les matériaux qui les composent.
Barquette alimentaire carton fond vert

BARQUETTE ALIMENTAIRE CARTON FOND VERT 500GRS

Feuille journal blanc

FEUILLE JOURNAL BLANC 40X60CM

Sac coton bio 16x16cm

SAC BIO COTON 16X16CM

Cabas sortie de caisse kraft 26x14x32

CABAS SORTIE DE CAISSE KRAFT AB 26X14X32

Le plus facile à mettre en place : l’emballage écologique de taille réduite


Le premier pas d’une démarche écoresponsable appliquée au conditionnement d’un produit, c’est de réduire la taille de l'emballage. Ceci peut s’appliquer à chacune des phases de son processus de fabrication, depuis son pré-conditionnement jusqu’à sa distribution, en passant par son conditionnement puis son transport.
En limitant le suremballage, les professionnels font diminuer drastiquement leur empreinte carbone. De plus, les emballages écologiques de taille réduite peuvent leur faire réaliser d’importantes économies. Enfin, ils simplifient l'organisation de certaines tâches (comme le conditionnement) pour les employés de l'entreprise.
 
Le plus courant : l’emballage recyclable
Depuis le début du troisième millénaire, les industriels et les pouvoirs publics ont fait des progrès considérables en matière de gestion et de transformation des déchets. De nombreux emballages (dont des contenants alimentaires) sont à présent recyclables, quelles que soient les consignes de tri localement applicables.
 
Les emballages recyclables sont fréquemment fabriqués avec :
- Du polypropylène (par exemple les grands cabas réutilisables) ;
- Du plastique recyclable (polyéthylène ou PET 1), comme certaines barquettes alimentaires et certains types de films en plastique pour la décoration ;
- Du carton (pour les barquettes à fruits et à légumes) ;
- De l’aluminium (pour les feuilles thermo-résistantes destinées à la protection des denrées alimentaires).
 
Recyclable ou biodégradable ?
Un contenant peut être à la fois recyclable et biodégradable. Citons par exemple :
- Certaines barquettes (à fruits ou autres) en bois fin ;
- La plupart des emballages (sacs, sachets, cabas, barquettes et feuilles d’emballage alimentaire) en papier Kraft.
Enfin, parmi les contenants recyclables disponibles à la vente, certains articles sont à la fois biodégradables et compostables. C’est par exemple le cas des boîtes d’œufs en fibre moulée recyclée. Ce produit est un modèle d’emballage écologique, puisqu'il peut être à la fois :
- Recyclé ;
- Recyclable ;
- Biodégradable ;
- Compostable.
 
En principe, ce type de contenant étant relativement épais, son compostage n'a pas lieu dans un simple bac à compost de jardin (chez des particuliers) mais dans une unité de compostage industriel. Ces infrastructures spécialisées dans la méthanisation des déchets organiques utilisent la fermentation de ces derniers pour produire de l’énergie.
L’innovation industrielle en matière de création de contenants écoresponsables tend vers la mise sur le marché de produits qui sont à la fois réutilisables, recyclables, biodégradables et compostables aussi bien dans un compost de maison que dans une unité de compostage industriel.

Le plus éco-conçu : l’emballage en matériaux recyclés


Grâce à la collecte des emballages recyclables, les matériaux constituant ces derniers sont récupérés afin de fabriquer de nouveaux objets. Il existe de nombreux contenants à usage alimentaire qui sont partiellement ou intégralement constitués de matériaux recyclables. La plupart d’entre eux sont recyclables à leur tour. Certains sont même réutilisables, biodégradables ou compostables.

Le plus pratique : l’emballage écologique réutilisable


Un emballage réutilisable est un contenant qui peut être réemployé par le client de manière facile et pratique. Par exemple, les sacs à bretelles (en plastique) et les grands cabas (en polypropylène) peuvent être réutilisés plusieurs années durant à condition d’être solides et propres. Les contenants en fibre textile (comme les sacs en coton bio) constituent également une excellente alternative réutilisable aux sacs à usage unique. Ils possèdent l’avantage d’être lavables en machine, ce qui prolonge leur durée de vie.
De nombreux types d’emballages sont réutilisables sans être pour autant écologiques, car ils sont fabriqués dans des matériaux polluants, non recyclés et non recyclables. Pour être considéré comme écoresponsable, un contenant réutilisable doit pouvoir être facilement recyclé ou composté lorsque le client a terminé de l’utiliser et de le réutiliser.

Le plus vertueux : l’emballage compostable ou biodégradable


Un emballage est dit biodégradable lorsqu’il peut se dégrader :
- Naturellement (autrement dit, sans intervention humaine particulière) ;
- Rapidement (en moins de quelques années) ;
- De manière inoffensive pour l’environnement (c’est-à-dire sans libérer des molécules polluantes dans son environnement proche).
S’il peut se dégrader un moins d’une année, l’emballage biodégradable peut être jeté avec des déchets organiques (comme les épluchures de légumes ou les restes de nourriture) afin de se dégrader avec eux. Placés dans un bac spécialement prévu à cet effet, ces déchets forment un compost domestique qui, une fois bien décomposé, peut être utilisé pour la fertilisation écologique d’un jardin d’ornement ou d’un potager.
Si la mention « compostable domestiquement » ou « compostable à domicile » ne figure pas sur un objet compostable, cela signifie qu’il doit être jeté dans une structure de compostage industriel (produisant de l’énergie) et non dans un bac à compost de jardin.
La plupart des emballages compostables ou biodégradables sont fabriqués à partir de 100 % de matériaux biosourcés comme la cellulose (du bois ou du coton), le sucre (des betteraves sucrières ou de la canne à sucre) et l’amidon (du maïs, du blé ou encore des pommes de terre). Cependant, tous les emballages biosourcés ne sont pas nécessairement biodégradables.
Rédigé le  2 nov. 2021 15:21  -  Lien permanent
0 Commentaires